Flash Infos

JOURNÉE AFRICAINE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

Moult activités menées à la CNSS pour ancrer la culture de la prévention des risques professionnels au sein des entreprises

La COVID 19, il faut le rappeler, a induit, pour l’ensemble des entreprises installées sur le territoire national,  la nécessité de renforcer leurs dispositifs en matière de sécurité et santé au travail en vue de prévenir et protéger leurs travailleurs contre cette pandémie mondiale. La principale sollicitation de  l’Interafricaine de la Prévention des Risques Professionnels (IAPRP)  pour la célébration, cette année, de la journée africaine de la prévention des risques professionnels porte d’ailleurs sur la promotion des bonnes pratiques en matière d’activités de prévention des risques professionnels émanant de la crise sanitaire à COVID 19 dans l’espace IAPRP.

Dès le début de cette crise sanitaire, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale a mené une multitude d’activités d’information, de sensibilisation et de prévention pour rapidement endiguer ce fléau qui décime, de par le monde, la force de travail et menace la productivité, la croissance et le développement.

Se référant par anticipation au thème principal retenu par l’IAPRP  pour la célébration cette année de la journée africaine de la prévention des risques professionnels à savoir: “impact de la COVID 19 sur les activités de prévention des risques professionnels des organismes nationaux de sécurité et santé au travail dans l’espace IAPRP”,  la Caisse Nationale de Sécurité sociale (CNSS) lançait, en août 2020 déjà, une évaluation prospective pour analyser les dispositifs de sécurité et santé au travail dans les entreprises.

Il s’agissait très spécifiquement pour les enquêteurs déployés à cet effet sur l’étendue du territoire national de décrire le système de sécurité mises en place par les entreprises, de décrire les mesures mise en place par les entreprises pour protéger les travailleurs, de recenser les bonnes pratiques dans le cadre de la protection des travailleurs et de déterminer les facteurs de l’absence de dispositifs et mesures de santé et sécurité au travail dans certaines entreprises.

Les enquêteurs devaient également analyser les besoins en protection de la sécurité et santé des travailleurs au regard des directives du BIT et de l’OMS et faire des recommandations à intégrer à la réponse à court, moyen et long termes à la COVID-19.

Un total de 104 entreprises a été ainsi évalué dans le grand Lomé et ce programme d’évaluation a été implémenté à l’intérieur du pays dans 30 entreprises par région économique pour un total non exhaustif de 150 entreprises.

Pour faire écho à l’une des pertinentes recommandations issue de cette évaluation, la Caisse Nationale Sécurité Sociale, avec le soutien de ces partenaires du ministère du travail et l’accompagnement du Bureau International du Travail (BIT), a lancé, courant le mois de mars 2021, en quatre sessions d’une semaine chacune, un programme de renforcement des capacités en prévention des risques professionnels pour les corps de métiers d’entreprises impliqués dans la gestion de la sécurité et santé au travail.

Ce programme de formation étalé sur les mois de mars et d’avril 2021 et dont la dernière session s’est ouverte le 04 mai 2021, au lendemain de la célébration, le 30 avril, de la journée africaine de la prévention des risques professionnels, poursuit pour objectifs de permettre aux acteurs de maîtriser les dispositions juridiques qui encadrent la mise en oeuvre des mesures de sécurité et santé au travail, de planifier le suivi de la mise en oeuvre de ces mesures, de connaitre la composition et les missions d’un comité de sécurité et santé au travail, de maîtriser l’identification des facteurs et l’évaluation des risques et de savoir hiérarchiser les risques et les mesures de prévention.

Les apprenants sauront également l’intérêt et les étapes de la mise en place d’un document unique d’évaluation des risques,  les mesures à mettre en oeuvre pour protéger les travailleurs en cas de crise sanitaire,  les facteurs de stress en milieu du travail et leur gestion aussi bien individuelle que collective.

Le programme a attiré un total de 120 participants (Chargés d’hygiène, de sécurité et environnement, infirmiers du travail et médecins d’entreprise, responsables des ressources humaines, chefs d’ateliers etc.) en provenance d’une quarantaine d’entreprises.

Au terme de cette formation, chaque entreprise doit pouvoir conduire un processus cohérent d’information, d’éducation et de formation qui aboutisse à la mise en place d’un programme et à l’opérationnalisation d’un Comité de Sécurité et Santé au Travail ainsi qu’à l’élaboration du document unique d’évaluation des risques en prenant en compte le risque lié à la COVID-19.

La CNSS, pour la suite, mettra à contribution l’ensemble de son corps de préventeurs pour, à travers des visites d’entreprise, accompagner les apprenants dans la mise en oeuvre opérationnel des acquis en réponse au souhait de l’IAPRP en ce qui concerne le partage des bonnes pratiques en matière d’activités de prévention.